18.6.05

Devant le corps de sa maîtresse

Devant le corps de sa maîtresse
Dont le sang souillonne le lit,
L’homme rumine les conflits
Venus à bout de sa tendresse.

Avec une indicible ivresse,
Il sourit, son crime accompli,
Devant le corps de sa maîtresse
Dont le sang souillonne le lit.

Aux deux policiers qui le pressent
De questions d’un ton impoli,
Il montre un visage sali
Des pleurs qu’il verse avec adresse,
Devant le corps de sa maîtresse.