27.6.05

Internaute citadine

Rivée à son ordinateur
De citadine solitaire,
L’internaute essaie de s’extraire
D’un soir étouffant de fadeur.

Dans les mots d’un fictif ailleurs,
Elle éteint sa tristesse amère,
Rivée à son ordinateur
De citadine solitaire.

Le manège de séducteurs
Drapés dans un verbeux mystère
Chasse le chagrin qui l’enserre,
Si bien qu’elle sèche ses pleurs,
Rivée à son ordinateur.

1 Comments:

Blogger dharma said...

Trés vrai, tristement vrai
Un peu de chaleur humaine ne ferait pas de mal :)

kisssssssss

ps: j'ai relu des poèmes de juin 2003, certains sont délicieux...............

6:21 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home