20.6.05

Médecin poète

Entre un vieillard atteint d’une vilaine angine
Et un gamin souffrant d’un léger souffle au cœur,
Le médecin s’enfuit dans le monde enchanteur
De ses vers constellés d’images libertines.

Tandis qu’un indigent aux remugles d’urine
Lui raconte en détail ses cuisantes douleurs,
Le praticien, qu’anime une étrange ferveur,
Cisèle des quatrains qu’il récite en sourdine.

Insensible au patient qui se déverse en pleurs
Sur sa femme envolée vers un funeste ailleurs,
Il se laisse emporter par sa plume mutine.

Au lieu de compatir au ténébreux malheur
D’un jeune cancéreux dont les forces déclinent,
Il assemble en sonnets les mots qui le fascinent.