17.7.05

Ennui préfabriqué

De retard en reproche,
La passion se délite
En éclats de silence,
Où le rire s’étouffe.

Sur le miroir du temps,
S’estompe le projet
D’un unisson rebelle
Aux griffes du soupçon.

Le flambeau de nos joies
S’éteint dans l’océan
De nos rêves blessés
Par la monotonie.

À l’horizon se forme
Une armée de nuages
Pressée de submerger
Nos souvenirs crédules.

La main de l’amertume
Dénoue nos existences
Au seuil d’un avenir
D’ennui préfabriqué.