16.7.05

Vacances mortelles

Après un an de taf à un rythme d’enfer
Au guichet d’une banque infestée de rapaces,
La souris en congé troque son tailleur classe
Contre un jean assorti d’un T-shirt outremer.

La nana survoltée prépare en un éclair
Sa valise, sous l’œil de son jules qu’agace
Sa gaieté insolente, alors qu’elle se casse
Pour quinze jours sans lui en bordure de mer.

Sur la route du sud, la donzelle rêvasse
De vacanciers férus de voluptés fugaces,
Si bien que des frissons lui titillent la chair.

La gonzesse conduit sa tire avec audace,
Jusqu’à ce qu’un camion la heurtant de travers
L’envoie se fracasser contre un pylône en fer.