27.6.06

Sulfureux vampire

Au tréfonds de la nuit, le sulfureux vampire
Joue les chances de l’homme aux cartes du hasard
En tuant les flâneurs dont le vermeil nectar
Allume des lueurs sur son masque de cire.

Sur les pas des piétons dont le sang frais l’attire,
Il distribue la mort au gré des boulevards
En volant des baisers au tranchant de poignard,
Avant de s’éloigner dans un éclat de rire.

Le monstre, sourd aux cris des humains dont le sang
Le mène sur un flot de plaisir indécent,
Transforme la cité en brûlant cimetière.

Aux portes du matin, un soleil infernal
Darde sur le charnier ses limpides lumières
Pour tenir en éveil les puissances du mal.