14.7.06

Jeu de dames

Sur la toile du Net se promènent des dames
Dont l’esprit acéré, rusé comme un fennec,
Me balade en bateau pour me mettre en échec
Sur l’immense échiquier de nos vains mélodrames.

Pauvre pion ballotté par les bobards infâmes
De poupées trafiquées dont les prises de bec
Dévoilent prestement les sentiments plus secs
Qu’un désert africain, je m’écorche à leurs lames.

Au royaume maudit des plaisirs marginaux,
Des fées sophistiquées, vêtues de dominos,
Jouent mon cœur exalté à la roulette russe.

Les reines enragées qui me donnent le mat
Déploient sournoisement un écheveau d’astuces
Afin de s’abriter des ravages d’un pat.