30.9.06

Il y a des choses rares

Il y a des choses rares, des choses précieuses ou mauvaises, qui resteront longtemps dans la mémoire.
Des choses rares, comme un goût nouveau, promesse d’un autre monde, d’une autre vie, d’autres bonheurs.
Des choses rares, comme les premières fois, qu’elles soient échecs ou réussites.
Des choses rares, comme la magie d’un instant parfait, quand le temps s’arrête, immobile, et que l’équilibre se fait.
Des choses rares, oui, mais rares comment ? Rares pour qui ?
Pour le solitaire, le moindre élan vers le monde fait partie des choses rares.
Et puis, il y a les choses rares dont on voudrait qu’elles n’aient jamais existé, comme la fin d’une histoire, la mort de ceux qu’on aime, ou le malheur qui s’accumule.
Il y a des choses rares et surprenantes, inhabituelles et merveilleuses, comme la beauté parfaite d’un paysage de montagne, dans le soleil hivernal.
Il y a des choses rares, comme le souvenir du bonheur, quand tout était plus simple, dicté par l’émotion, sous l’éclat de la sensualité, irradiant de toutes parts.
Il y a des choses rares, comme la confiance perdue en un ami qui a trahi.
Il y a des choses rares comme l’oubli, comme le pardon généreux d’une faute épouvantable, maintes fois répétée.
Il y a aussi des choses rares, comme l’espoir qui renaît, tel une promesse d’absolu.