23.9.06

Voyages salutaires

Au gré des horizons choisis par le hasard,
De village en désert, d’îlot en capitale,
Depuis le vent glacé jusqu’au chant des cigales,
Je parcours l’univers aux mystères épars.

Lorsque l’hiver dépose un voile de brouillard
Sur ma ville plongée dans un ennui étale,
Lassée de la fadeur de ma vie sans escale,
Je ravive ma joie dans un lointain départ.

Le cinglant défilé des trahisons atroces
S’efface prestement quand je roule ma bosse
Loin du factice écrin du confort ennuyeux.

Sur les chemins secrets de la terre splendide,
Je cueille des bouquets de présages soyeux
Qui versent dans mon âme un flot de joie limpide.