13.7.06

Vénus

Une étrange beauté émergeant du néant,
Ornée de perles d’eau empruntées aux nuages,
Secoue sa chevelure où s’amorce un orage
Qui plonge l’univers dans un trouble géant.

Quand la Terre bascule au fond d’un puits béant,
Un éclair insolent révèle le visage
De Vénus apparue pour laver les outrages
Des sinistres humains aux désirs malséants.

Elle exhorte d’un signe un indolent soleil
À briller ardemment pour hâter le réveil
Des mortels alanguis sur la rive des rêves.

Sous les rayons vermeils des astres embrasés,
La déesse sourit aux hommes qui se lèvent,
Avant de s’envoler dans un ciel apaisé.