22.7.05

Prince du pochoir

Le graffiteur armé de ses bombes promène
Son regard sur le mur qu’il s’apprête à doter
D’un motif constellé de mots ensanglantés,
Nés de ses obsessions à la violence obscène.

Au gré de son talent, il transforme ses peines
En tableaux insolents dont l’étrange beauté
Inspire aux promeneurs l’envie de visiter
Son univers d’artiste aux couleurs souveraines.

De boulevard cossu en faubourg dévasté,
Le prince du pochoir émaille la cité
De fresques imprégnées d’une rage certaine.

Guidé par les élans de son cœur indompté,
Il brosse un univers dont la ruine prochaine
Hante les inscriptions qu’il trace par centaines.