18.7.05

Regrets ténébreux

Dans les débris de la confiance,
Le cœur s’écorche
Aux arêtes du chagrin.

L’amertume délite
Les souvenirs brûlants
D’un unisson voluptueux.

Le silence étouffe
L’ombre d’un espoir
Dans un linceul de lassitude.

Le temps déroule
Son ruban insipide
Dans l’insomnie solitaire.

Entre un passé dévasté
Et un futur obscur,
Le quotidien s’effrite.

Dans la froideur du lit,
Le corps pèse
D’un abandon inadmissible.

Lourde de trahisons,
L’âme s’abîme
Dans une tristesse muette.

À l’angle de la joie,
La vie se dilapide
En regrets ténébreux.