10.7.05

Rencontre salutaire

Dès que la nuit revêt les rues de la cité
D’une froideur habile à souligner l’absence
De sa belle abîmée au fond de la démence,
L’homme quitte sa chambre à pas précipités.

Il flâne dans le parc lourd d’une obscurité
Émaillée de clochards dont la désespérance
L’invite à s’envoler vers le centre où commence
Un étrange ballet d’inconnus agités.

Porté par le hasard, le solitaire avance
Jusqu’à la gare grise où les trains en partance
Attisent ses regrets d’amant désenchanté.

Sitôt qu’une étrangère habillée d’élégance
S’approche en arborant un regard velouté,
Il sent le submerger un désir exalté.